Nouvelles recettes

Le Club 21 annonce L'Escale Alum comme nouveau chef exécutif

Le Club 21 annonce L'Escale Alum comme nouveau chef exécutif

21 Club a annoncé avoir nommé Sylvian Delpique, de la région de Savoie en France, en tant que nouveau chef exécutif

L'extérieur du Club 21, décoré de chevaux jockeys, est classique, et maintenant l'intérieur va subir quelques changements avec le nouveau chef exécutif.

21 Club, destination gastronomique new-yorkaise depuis près de 85 ans, a annoncé avoir nommé Sylvian Delpique comme nouveau chef exécutif. Delpique a commencé sa carrière dans sa région natale de Savoie en France et a récemment travaillé à L'Escale dans le Connecticut. Il remplacera John Greeley, qui occupait le poste de chef cuisinier depuis 2006. Un représentant du Club 21 a déclaré que le chef Delpique prévoyait de donner une nouvelle vie aux plats classiques du restaurant West Midtown tout en « respectant et en rendant hommage aux décennies d'histoire. avant lui."

Le chef Delpique est aux États-Unis depuis 14 ans, travaillant dans des lieux aussi prestigieux que Terrance Brennan's Artisanal et le David Burke Restaurant Group. Delpique annoncera de nouveaux menus pour le restaurant plus tard ce printemps.

Joanna Fantozzi est rédactrice en chef adjointe de The Daily Meal. Suivez-la sur Twitter @JoannaFantozzi


Le célèbre restaurant de la Nouvelle-Orléans partage sa recette de macaroni au fromage

C'est maintenant le moment idéal pour cuisiner et perfectionner un plat réconfortant américain classique éprouvé - le macaroni au fromage.

Avec une gamme de recettes qui se targuent d'être les meilleures, Willie Mae's Scotch House dans le quartier historique de Treme à la Nouvelle-Orléans connaît une chose ou deux sur l'aliment de base du sud. Le favori des clients contient toutes les saveurs de la cuisine du Mississippi et de la Louisiane.

Le restaurant populaire du regretté grand chef Willie Mae Seaton – qui a reçu le prestigieux prix James Beard pour le restaurant classique américain pour la région du Sud – sert la communauté locale et fait don de repas au milieu de la pandémie de coronavirus.

Découvrez la recette complète ci-dessous pour la nourriture réconfortante classique, crémeuse et au fromage.

Macaroni au fromage de Willie Mae

Ingrédients

2 tasses de fromage cheddar jaune doux (râpé)

2 tasses de fromage américain blanc (râpé)

1/4 lb de beurre non salé fondu

1 cuillère à café de poivre de cayenne

1 cuillère à café de poivre blanc

1 1/2 tasse de lait évaporé

1/2 cuillère à café de flocons de persil sec ou frais

1/2 cuillère à café d'ail en poudre

2 cuillères à café de farine tout usage

Apportez 3 1/2 litres d'eau à ébullition, puis ajoutez les pâtes à l'eau salée. Faire bouillir pendant 12-15 minutes jusqu'à al dente. Égoutter les pâtes en gardant une tasse d'eau de pâtes.

Remettre les pâtes dans la casserole avec le fromage, le lait, la crème épaisse et le beurre immédiatement, à feu doux en remuant fréquemment jusqu'à ce que le fromage soit fondu.

Ajouter les épices, la farine et arroser d'eau pour pâtes au besoin tout en remuant. Poêler le macaroni au fromage. Nous utilisons un cuiseur vapeur mais vous pouvez enfourner 15 min à 350 degrés.

Le macaroni au fromage doit être crémeux et au fromage. Décorez d'un brin de persil et dégustez !

Un lycée de Floride rembourse les familles après avoir modifié les photos de l'annuaire de 80 étudiantes afin qu'elles paraissent plus modestes

'Modification de la vie :' Alors que des millions de personnes font face à la perte d'odeur due au COVID-19, les chercheurs trouvent de nouvelles explications et des traitements possibles

Une employée blanche de la Croix-Rouge qui a été filmée en train de bercer doucement un migrant africain épuisé dit qu'elle est victime d'abus de la part de racistes d'extrême droite

La représentante Debbie Dingell hospitalisée après une opération d'urgence contre un ulcère

Un étudiant diplômé de Stanford âgé de 26 ans a créé un test simple pour prédire quelles grossesses sont susceptibles de devenir des accouchements prématurés

Un vol de Ryanair forcé d'atterrir en Biélorussie avec à son bord un militant de premier plan

La Biélorussie a été accusée d'avoir "détourné" un avion de ligne civil en forçant un vol de passagers de Ryanair à atterrir dans le pays en utilisant une fausse alerte à la bombe afin que les autorités puissent arrêter un éminent critique de son chef autoritaire Alexandre Loukachenko. Le vol Ryanair traversait l'espace aérien de la Biélorussie lors d'un voyage d'Athènes à la capitale de la Lituanie, Vilnius, lorsqu'il a été détourné vers Minsk pour un atterrissage d'urgence en raison de la fausse alerte à la bombe. Un avion de chasse biélorusse MiG-29 a été envoyé pour intercepter l'avion et l'a escorté jusqu'à l'aéroport.

La représentante Karen Bass est optimiste quant à l'adoption de la réforme de la police alors que les négociations s'intensifient

À l'approche de l'anniversaire de la mort de George Floyd, les négociations sur la réforme de la police se sont intensifiées après que les législateurs ont révélé que le Congrès raterait la date limite de mardi pour adopter une législation fédérale – une cible que le président Joe Biden et les principaux législateurs espéraient rencontrer. Biden, dans son discours conjoint au Congrès en avril, a exhorté les législateurs à apporter le projet de loi sur la réforme de la police à son bureau pour le signer d'ici l'anniversaire de la mort de Floyd. Regardez "After Floyd: L'année qui a secoué le monde - Spécial A Soul of a Nation" le mardi 25 mai à 22 h. ET sur ABC.

Un dPlacez un sac sur le rétroviseur de votre voiture lorsque vous voyagez

Brilliant Car Cleaning Hacks Les concessionnaires locaux aimeraient que vous ne le sachiez pas

Comment voir la 'Super Flower Blood Moon,' 1ère éclipse lunaire de cette décennie

La pleine lune de cette semaine sera la deuxième super lune de la saison, apparaissant plus brillante et plus grande que d'habitude. Selon le Farmer's Almanach, la "Flower Blood Moon" sera à environ 222 000 miles de la Terre tôt mercredi matin. La pleine lune de mai est connue sous le nom de "Lune des fleurs", et parce qu'une éclipse lunaire totale - également connue sous le nom de " lune de sang " car elle donne à la lune une teinte rougeâtre - doit également se produire en même temps, elle s'appelle la "Super Flower Blood Moon".

2 morts et 12 blessés dans une fusillade lors d'une fête d'anniversaire dans le New Jersey

Une fête d'anniversaire en plein air dans une maison du sud du New Jersey s'est terminée par un déluge de coups de feu samedi soir qui a fait deux morts et 12 blessés, a annoncé la police. Une recherche massive de l'agresseur non identifié s'est poursuivie dimanche matin dans le comté de Cumberland, où la fusillade de masse a éclaté dans une grande maison à Bridgeton, New Jersey, près de Fairfield, juste avant minuit, incitant les fêtards à plonger pour se mettre à l'abri ou à courir pour leur vie. Un homme de 30 ans et une femme de 25 ans ont été tués par balle, et une douzaine d'autres adultes blessés ont été transportés à l'hôpital, dont un dans un état critique, selon la police de l'État du New Jersey.

La sénatrice du GOP, Susan Collins, soutient la commission du 6 janvier, mais a 2 problèmes 'résolus'

La sénatrice républicaine modérée Susan Collins a déclaré dimanche qu'elle soutenait "fermement" la création d'une commission indépendante chargée d'examiner l'attaque du 6 janvier contre le Capitole des États-Unis, mais il reste des problèmes - bien que résolus - avec le projet de loi qui a été adopté par la Chambre des représentants dans un vote bipartite mercredi. Trente-cinq républicains ont rejoint les démocrates pour soutenir l'adoption du projet de loi visant à créer une commission de style 9/11, y compris les 10 républicains de la Chambre qui ont voté pour destituer l'ancien président Donald Trump pour son rôle dans l'alimentation de l'insurrection du 6 janvier. Les dirigeants républicains à la Chambre et au Sénat – et Trump – se sont prononcés contre la commission proposée.

Le cessez-le-feu Israël-Hamas met les États-Unis en position de construire quelque chose de plus positif : Blinken

Le secrétaire d'État Antony Blinken a déclaré sur ABC « Cette semaine » que le cessez-le-feu de jeudi entre Israël et le Hamas était « critique » pour mettre les États-Unis en position « de faire un pivot pour construire quelque chose de plus positif », en mettant fortement l'accent sur la besoin d'une solution à deux États pour la région. Blinken a déclaré dimanche au présentateur de "This Week" George Stephanopoulos. Le plus haut diplomate de l'administration Biden a souligné l'engagement du président en faveur d'une solution à deux États pour la Palestine et Israël comme la « seule voie » pour la région, mais a noté que cela ne se produirait pas immédiatement.

Suspect en garde à vue après 2 morts et 8 blessés dans une fusillade à Minneapolis

Un suspect est en garde à vue et un autre est mort, après une fusillade de masse dans le centre-ville de Minneapolis samedi soir, selon un porte-parole du département de police de Minneapolis. Jowan Contrail Carroll, 24 ans, est détenu au centre de détention pour adultes du comté de Hennepin, a déclaré à ABC News l'agent d'information du département de police de Minneapolis, John Elder. Le département de police de Minneapolis a déclaré que les 10 victimes de tirs étaient des adultes, cinq hommes et cinq femmes.

Un homme enquêtant sur des chiens qui aboient pendant la nuit découvre un cadavre dans un fossé près de chez lui

Un propriétaire a fait une découverte macabre samedi matin lorsqu'il a trouvé un cadavre dans un fossé après avoir cherché à savoir pourquoi les chiens n'arrêtaient pas d'aboyer pendant la nuit près de chez lui. L'incident s'est produit vers 3 h 30 le samedi 22 mai, dans un quartier de la banlieue nord-est de Houston, au Texas, lorsque l'homme a déclaré au département de police de Houston qu'il avait entendu des chiens aboyer pendant plus de 10 minutes d'affilée aux premières heures du matin quand nous sommes allés enquêter sur ce qui se passait, selon la station KTRK d'ABC News à Houston. "À part la position étrange du corps et l'emplacement, nous ne voyons aucun signe majeur d'acte criminel pour le moment", a déclaré le HPD Lt. R. Willkens à KTRK samedi matin en s'adressant aux médias.

La mère d'un enfant de 6 ans tuée dans une fusillade de rage au volant en Californie plaide pour que justice soit faite : « J'ai l'impression que ma vie est finie »

La mère d'Aiden Leos, 6 ans, s'exprime pour la première fois depuis que son fils a été tué par balle lors d'un incident de rage au volant vendredi à Orange, en Californie, et appelle à la justice alors que le tueur reste en liberté. " Ils ont pris la vie de mon fils ", a déclaré la mère d'Adien, Joanna Cloonan, à ABC News à Zohreen Shah dans une interview diffusée dimanche sur " Good Morning America ". Cloonan emmenait Aiden à l'école à Yorba Linda vendredi matin quand elle dit qu'une berline blanche l'a interrompue brusquement alors qu'elle se trouvait dans la voie de covoiturage en direction nord sur l'autoroute 55.

Un suspect arrêté dans le cadre d'une enquête sur une attaque présumée de crime de haine devant un restaurant de Los Angeles

La police a arrêté un suspect principal dans une attaque contre des convives juifs dans un restaurant de Los Angeles plus tôt cette semaine qui fait l'objet d'une enquête en tant que possible crime de haine antisémite. L'homme, identifié comme Xavier Pabon, 30 ans, a été arrêté vendredi soir dans une maison à l'extérieur de la ville et inculpé d'agression avec une arme mortelle, a annoncé le département de police de Los Angeles. Les détectives demandent des accusations supplémentaires de crime de haine, et le département a demandé que la caution du suspect soit renforcée "en raison du crime motivé par la haine", a déclaré le LAPD dans un communiqué.

Kevin Spacey décroche son premier rôle au cinéma suite à des allégations d'agression sexuelle

Kevin Spacey a réservé son premier rôle au cinéma depuis que des allégations d'agression sexuelle ont fait surface il y a près de quatre ans, ont confirmé les cinéastes à ABC News. Le film italien, intitulé "L'uomo Che Disegno Dio" - ou "L'homme qui dessinait Dieu" - sera réalisé par Franco Nero. Il sera tourné en Italie et la femme de Nero, Vanessa Redgrave, a également indiqué des sources.

Le rapatriement des réfugiés dans un camp syrien pourrait enrayer la résurgence de l'Etat islamique, selon un général américain

Le plus haut commandant militaire américain au Moyen-Orient est optimiste sur le fait que le rapatriement prévu la semaine prochaine d'une centaine de familles irakiennes d'un grand camp de réfugiés en Syrie pourrait être le premier pas vers la réduction de la menace d'une résurgence de l'État islamique émanant du camp. qui abrite 65 000, principalement des femmes et des enfants, dont de nombreux partisans de l'Etat islamique. Le général Frank McKenzie, commandant du Commandement central des États-Unis, a fait ses commentaires aux journalistes d'ABC News et d'Associated Press qui l'accompagnaient lors de sa visite vendredi dans plusieurs bases américaines dans le nord-est de la Syrie. Les États-Unis ont encore environ 900 soldats américains en Syrie qui aident les forces kurdes syriennes dans leur lutte contre les restes de l'Etat islamique.

Un mari accusé de la mort d'une mère disparue dans le Connecticut quelques heures après la découverte de son corps

Jessica Edwards, 30 ans, a été portée disparue par sa famille le 10 mai, a annoncé la police, un jour après avoir célébré sa première fête des mères. Après une recherche de près de deux semaines, le service de police de South Windsor a annoncé vendredi soir qu'ils avaient retrouvé son corps plus tôt dans la journée à l'entrée du parc linéaire de la rivière Hockanum à East Hartford. Il n'y avait pas de personne d'intérêt à l'époque, le Sgt. Mark Cleverdon a déclaré lors d'un point de presse, bien qu'ils s'attendaient à avoir une autre mise à jour plus tard dans la nuit.

Biden rencontrera la famille de George Floyd 1 an après sa mort alors que la facture de la police stagne

Le président Joe Biden marquera le premier anniversaire de la mort de George Floyd mardi en rencontrant des membres de la famille Floyd à la Maison Blanche alors que le Congrès est sur le point de manquer la date limite du président pour adopter une loi sur la réforme de la police nommée à la mémoire de Floyd. Floyd est décédé il y a un an mardi après que l'ancien officier de police de Minneapolis, Derek Chauvin, s'est agenouillé sur le cou pendant plus de neuf minutes, ce que Biden a appelé « un appel au réveil du pays » et a déclenché des manifestations dans le monde entier appelant à une réforme de la police et à la fin du racisme systémique.

Personne n'a réclamé un billet de jackpot Mega Millions de 500 millions de dollars vendu en Pennsylvanie

Un ticket Mega Millions gagnant du tirage de vendredi soir a été vendu en Pennsylvanie avec un prix estimé à 515 millions de dollars, selon un communiqué de presse de Mega Millions. Le billet correspondait aux six numéros de boule blanche tirés vendredi - 6, 9, 17, 18 et 48, plus la Mega Ball 8 en or. La victoire d'hier marque le troisième plus gros jackpot Mega Millions de tous les temps et le plus gros jamais enregistré Pennsylvanie, selon Mega Millions.

Les négociations sur les infrastructures ont de nouveau échoué alors que les républicains rejettent la contre-proposition de Biden

Les négociations bipartites sur les infrastructures ont rencontré un nouveau problème vendredi après que les républicains ont catégoriquement rejeté une contre-proposition sur le billet de plusieurs milliards de dollars avancé par la Maison Blanche. Vendredi, l'offre de 1,7 billion de dollars de la Maison Blanche était une version allégée du plan américain pour l'emploi du président Joe Biden, initialement évalué à 2,2 billions de dollars. Quelques instants après avoir reçu l'accord, les conseillers républicains l'ont rejeté, déclarant à ABC News que le prix était trop élevé pour que le GOP puisse le supporter.

Ana, en formation dans l'Atlantique, devient la 1ère tempête nommée de la saison des ouragans

La tempête subtropicale Ana, qui s'est formée dans l'Atlantique samedi matin, est la première tempête nommée de la saison des ouragans de l'Atlantique 2021. Pour la septième année consécutive, une tempête nommée s'est formée avant le début officiel de la saison des ouragans, le 1er juin. Une perturbation tropicale pourrait entraîner davantage de pluies torrentielles dans certaines parties du Texas également ce week-end.

Comment New York se remet lentement mais sûrement de COVID-19

Cette semaine a marqué une étape importante pour la ville de New York au cours de sa lutte de 14 mois contre COVID-19. Le service de métro est revenu à 24 heures, les limites de capacité des restaurants intérieurs, des lieux de travail et des espaces de loisirs ont été levées – bien qu'avec des exigences de distanciation – et les plus de 3,2 millions d'habitants entièrement vaccinés ont été autorisés à passer sans masque. PLUS: Les cas de COVID-19 ont cessé de baisser à New York.


Phillip Frankland Lee

ÂGE: 28
VILLE NATALE: Los Angeles, CA
MÉTIER: Chef/Propriétaire, The Gadarene Swine and Scratch|Bar
ÉDUCATION CULINAIRE: Formé au Cordon Bleu
RECETTE SIMPLE DE DESSERT D'AUTOMNE PRÉFÉRÉE: Champignons Rôtis à la Patate Douce Brûlée

Le chef Phillip Frankland Lee a commencé sa carrière en tant que lave-vaisselle à 18 ans et a rapidement gravi les échelons en travaillant sous certains des meilleurs chefs du pays. Il est devenu sous-chef à 21 ans, chef exécutif à 24 ans et chef et propriétaire à 25 ans lorsqu'il a ouvert son premier restaurant solo. Il possède actuellement l'établissement végétalien The Gadarene Swine à Studio City et travaille à déplacer son restaurant Scratch|Bar de Beverly Hill à Encino. Phillip et ses restaurants ont figuré sur les listes "30 Under 30" de Zagat et il a également été nommé comme l'un des "Meilleurs jeunes chefs d'Amérique" par San Pellegrino. Habitué de la télévision, Phillip est apparu et a remporté plusieurs concours de cuisine, dont "Chopped", "Guy's Grocery Games" et "Cutthroat Kitchen". Phillip vise à prendre une cuisine raffinée d'élite et à la rendre plus abordable, abordable, accessible, amusante et nutritive.

Padma Lakshmi

Padma Lakshmi

Padma Lakshmi est une experte en alimentation nominée aux Emmy Awards, animatrice de télévision, productrice et Le New York Times auteur de best-sellers.

Elle est la créatrice, animatrice et productrice exécutive de la série Hulu acclamée par la critique Goûtez à la nation, qui a reçu un 2021 Gotham Award pour la série révolutionnaire. La série vient de recevoir le feu vert pour une deuxième saison.

Lakshmi est également l'hôte et le producteur exécutif de la série deux fois primée aux Emmy Awards de Bravo Excellent chef, qui a été nominée pour 32 Emmys, y compris sa nomination à deux reprises pour Hôte exceptionnel pour un programme de compétition-réalité. Sa nouvelle saison débutera au printemps 2021.

Lakshmi est co-fondatrice de la Endometriosis Foundation of America (EFA) et artiste ambassadrice de l'American Civil Liberties Union (ACLU) pour les droits des immigrants et les droits des femmes. Lakshmi a également été nommé ambassadeur de bonne volonté pour le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Née en Inde, elle a grandi aux États-Unis, où elle a obtenu un baccalauréat en arts du théâtre et littérature américaine de l'Université Clark. Connue comme le premier mannequin indien, elle a commencé sa carrière en tant que mannequin et actrice travaillant en Europe et aux États-Unis.

Laskhmi s'est imposée comme une experte en alimentation au début de sa carrière en hébergeant Passeport de Padma, où elle a cuisiné une cuisine variée du monde entier et Planète Nourriture, une série documentaire, à la fois sur le Réseau alimentaire au niveau national et mondial sur le Chaîne de découverte. Elle a également co-animé Domenica In de Rai Television, l'émission de variétés la mieux notée d'Italie.

Elle est une auteure prolifique, écrivant le best-seller Facile Exotique, qui a remporté le prix du « Meilleur premier livre » aux Gourmand World Cookbook Awards. Lakshmi a suivi cela avec la publication de son deuxième livre de cuisine, acidulé, acidulé, chaud et sucré et ses mémoires Le New York Times plus vendu L'amour, la perte et ce que nous avons mangé. Elle a ensuite publié L'Encyclopédie des épices et des herbes. En août 2021, elle publiera son premier livre pour enfants Tomates pour Neela.

En plus de ses écrits culinaires, Lakshmi a également contribué à Vogue, Gourmet, à la fois britannique et américain Bazar de Harper, ainsi que la rédaction d'une chronique syndiquée sur la mode et la nourriture pour Le New York Times.

Lakshmi a créé une ligne de bijoux raffinés La collection Padma, qui a vendu à Bergdorf Goodman, Neiman Marcus et Nordstrom. Elle a également conçu une ligne de décoration d'intérieur du même nom comprenant de la vaisselle de table, des verres à pied et des pièces de décoration en verre soufflé à la main, vendue dans tout le pays à Bloomingdale's. De plus, Lakshmi a créé L'exotique facile de Padma, une collection de produits culinaires allant des aliments biologiques surgelés, des thés fins, des mélanges d'épices naturelles et des articles ménagers. En 2018, Lakshmi a collaboré avec MAC Cosmetics pour une collection capsule mondiale appelée MAC Padma qui s'est rapidement vendu en Inde et aux États-Unis.

Après avoir souffert sans le savoir d'endométriose pendant des décennies, elle a cofondé en 2009 la Endometriosis Foundation of America (EFA) aux côtés du chirurgien gynécologique avancé Tamer Seckin, MD. L'EFA a lancé le premier centre de recherche interdisciplinaire du pays pour la gynécologie, dans le cadre d'un projet conjoint entre la Harvard Medical School et le MIT et Lakshmi a prononcé le discours d'ouverture lors de l'ouverture du Centre en décembre 2009.

Ses efforts ont été reconnus au Sénat de l'État de New York, où elle a réussi à faire adopter un projet de loi relatif aux initiatives de santé des adolescents. Le programme ENPOWR de l'organisation a actuellement formé plus de 32 000 étudiants sur l'endométriose dans les lycées de l'État de New York.

Lakshmi est chercheur invité au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et a reçu le prix Karma 2018 de Variété, ainsi que la Médaille d'honneur NECO Ellis Island 2016.


Quand une saison d'adieu a été effacée, l'Outfield est devenu un restaurant

Ce devait être la dernière saison des Pawtucket Red Sox à Rhode Island avant de déménager dans le Massachusetts. Sans aucun match auquel les fans pourraient assister, l'équipe est devenue créative.

PAWTUCKET, R.I. — Le long adieu au stade McCoy a commencé en août 2018, lorsque les Red Sox de classe AAA Pawtucket de la Ligue internationale ont annoncé que la franchise se déplacerait de 50 minutes sur la route 146 jusqu'à Worcester, Mass., à partir de la saison 2021.

La nouvelle a ajouté encore plus de poids à la saison 2020 de l'équipe, qui marquait également le 50e anniversaire de la présence des Red Sox de Boston dans les ligues mineures à Pawtucket. Le président du club, Charles Steinberg, avait prévu des événements tout au long de la saison, s'inspirant des souvenirs de joueurs vedettes comme Wade Boggs, Roger Clemens, Mo Vaughn et Mookie Betts qui étaient passés par là en route vers Boston.

Puis la pandémie de coronavirus a fermé la porte à la saison, qui a été officiellement annulée cette semaine, laissant le stade McCoy comme l'hôte d'une fête de départ sans invités.

Les responsables des PawSox, comme on les appelle localement, craignaient de n'avoir aucune chance de dire officiellement au revoir à la communauté. Ils ont fait ce qu'ils pouvaient, organisant des événements virtuels avec les joueurs et invitant les fans à publier des messages personnels sur le tableau vidéo du stade.

Mais lorsque la gouverneure Gina Raimondo du Rhode Island a annoncé en mai que l'État autoriserait les rassemblements en plein air de plus de 10 personnes, "Cela a allumé la lumière pour nous tous", a déclaré Mike Tamburro, vice-président de l'équipe qui a participé à les PawSox depuis 1974, dont une longue période en tant que directeur général.

Le remue-méninges collectif a créé «Diner sur le diamant», un pique-nique en plein air sur l'herbe immaculée du stade McCoy. Ce qui a commencé le premier week-end de juin avec 20 tables, deux sièges et un tarif de base (hamburgers, hot-dogs, frites et nachos) s'est étendu pour inclure un troisième siège, plus de tables et un menu qui comprend un homard du Rhode Island petit pain, une assiette de barbecue et du poulet caprese.

Avec l'annulation de la saison des ligues mineures, McCoy sera utilisé comme site d'entraînement alternatif pour les membres de la liste active de 60 joueurs des Red Sox, interrompant potentiellement "Diner sur le diamant", mais Steinberg a déclaré que le club "continuera d'explorer des moyens d'avoir un adieu approprié au stade McCoy.

Il y a clairement un appétit. Lorsque l'équipe a annoncé la promotion sur son site Web, les tables des deux premiers jours – le 6 et le 7 juin – se sont vendues en 88 minutes. Lorsque le 8 juin a été ajouté, il s'est vendu dans le même laps de temps.

Pour le week-end de la fête des pères, l'équipe s'est étendue à 33 tables, un clin d'œil aux 33 manches jouées au stade entre les PawSox et les Red Wings de Rochester en 1981 – le match le plus long de l'histoire du baseball professionnel. Et à la demande des fans, le chef exécutif de l'équipe, Tom Whalen, a ajouté des articles plus chers, y compris son parmesan d'aubergine préféré. Les tables ont également été déplacées du champ intérieur en terre vers l'herbe du champ extérieur.

Les fans réservent des tables, commandent leur nourriture et paient à l'avance en ligne. Au stade de baseball, les tables en métal vert sont espacées d'au moins 14 pieds et limitées à cinq personnes. Les serveurs portent des masques, mais ils ne sont pas obligatoires pour les convives.

Sur chaque table, qui est nettoyée entre les sièges, se trouve une pancarte avec le numéro de la table et une image d'un ancien PawSox notable ou d'un membre du Temple de la renommée des Red Sox (naturellement, Ted Williams représente la table n ° 9.).

Enfin, les convives à chaque table reçoivent une réplique miniature de McCoy à emporter chez eux.

Comme d'autres membres de la réception et du personnel à temps plein du club, Tamburro a contribué à la gestion du restaurant de fortune, escortant les convives à leurs tables et s'imprégnant des histoires des souvenirs de McCoy.

Assis à la table 4 avec sa femme, son fils et sa fille un vendredi récent, James Vierra d'East Providence a déclaré qu'il avait vu son premier match à McCoy au milieu des années 1960, alors qu'il abritait l'équipe de classe AA des Indians de Cleveland. Il se souvient avoir assisté à une activité parrainée par les Red Sox un samedi matin avec son fils, Brad, qui a fini par jouer au catch avec Nomar Garciaparra.

"En fait, c'était juste ici", a-t-il déclaré, notant leur place dans l'herbe du champ extérieur. "Et me voici assis à cette table."

Sous l'ancien propriétaire Ben Mondor, décédé en 2010 après avoir tenu le club pendant des décennies, les Pawtucket Red Sox sont devenus une institution locale avec des liens étroits dans tout le Rhode Island pour ses œuvres caritatives. En 2015, un groupe dirigé par Larry Lucchino, alors président-directeur général des Red Sox de Boston, rachète le club et tente de construire un nouveau stade pour remplacer McCoy, inauguré le 4 juillet 1942.

Après avoir échoué à parvenir à un accord avec la législature de l'État, Lucchino a signé une lettre d'intention en août 2018 pour emménager dans un nouveau stade à Worcester, dans le Massachusetts, à 42 miles de là.

Mais l'équipe profite au maximum de ses derniers mois dans le Rhode Island. Steinberg, que Tamburro appelle "le maître de la planification d'événements" de son travail avec les Red Sox, les Orioles, les Padres et les Dodgers, s'est émerveillé du tableau devant lui le mois dernier. "Regardez n'importe quel endroit sur le terrain et il y a une histoire", a-t-il déclaré. "Un who's who de certains des plus grands joueurs de l'histoire du baseball ont été ici.

"C'est aussi un rappel", a-t-il ajouté, "du rôle vital que jouent les stades dans nos vies".

À la table 21, en l'honneur de Clemens, Tina Trahan s'est souvenue avoir travaillé dans le stand de souvenirs à l'adolescence pendant les années où le lanceur vedette lui-même était passé. Elle était accompagnée de deux amis et de son père, Fred, 90 ans, qui a vu les Pawtucket Slaters de classe B jouer à McCoy dans les années 1940, dont un Chuck Tanner de 19 ans en 1948.

Alex Richardson, 23 ans, l'assistant des relations communautaires du club, a déclaré qu'il se délectait des histoires qu'il entendait à chaque table. Une nuit, a-t-il dit, il a servi une famille qui lui a dit qu'ils avaient choisi McCoy pour leur première nuit hors de la maison depuis le début de la pandémie.

"C'est une expérience incroyable", a-t-il déclaré.

La popularité immédiate du bistrot du stade PawSox a été remarquée dans tout le pays, et Tamburro a pensé que ce ne pourrait être que le début. "Ce genre d'idée pourrait être révolutionnaire pour l'industrie à l'avenir", a-t-il déclaré. « Pouvez-vous imaginer Fenway Park faire ça quand les Red Sox sont sur la route ? »

Alors que le soleil se couchait derrière le champ gauche, projetant les ombres des clients et des tables vers l'assiette, trois jeunes garçons se roulaient dans le champ extérieur après avoir terminé leur dîner. Leurs parents étaient deux couples de Boston qui étaient allés au lycée ensemble.

UN J. Shepherd, le père de l'un des garçons, a regardé vers l'endroit où ils jouaient, alors qu'une chanson de Frank Sinatra était diffusée sur le système de son du stade, et a remarqué : « Combien de fois pouvez-vous vous asseoir sur un vrai terrain de baseball et mettre vos orteils dans le herbe?"

Claudison Jean-François a ajouté : « La température est bonne, il y a de la musique et les enfants s'amusent. C'est parfait."

Plus de 2 600 familles sont actuellement sur liste d'attente, en prévision de la reprise de la promotion. "Incroyable", a déclaré Bill Wanless, qui a commencé avec la franchise en 1985 en tant que stagiaire, a travaillé comme directeur des relations publiques pendant 29 ans et est devenu vice-président senior des communications en 2015.

Son nouveau travail - accueillir les clients lorsqu'ils entrent dans le stade par une porte dans le champ droit et les aider à obtenir leur numéro de table - offre une occasion de première ligne d'évaluer le succès de Dining on the Diamond.


Partager Toutes les options de partage pour : le nouveau remplacement de Georgetown au café Bonaparte vient de changer de chef

Soupe à l'oignon à Lutèce par Bonaparte Channing Foster/Lutèce par Bonaparte

Il se passe beaucoup de choses dans les coulisses de l'industrie hôtelière de DC. C'est ici que Eater suit les changements importants apportés à l'avant de la maison, à l'arrière de la maison et à tout autre personnel essentiel aux restaurants, bars ou fournisseurs locaux de nourriture et de boissons.

GEORGETOWN— En décembre 2019, le Café Bonaparte de longue date de Georgetown a subi une refonte avec un nouveau nom - Lutèce by Bonaparte - et un nouveau chef parisien à Martin Senoville, qui prévoyait de cuisiner des recettes françaises classiques avec une touche 2020. Quelques mois plus tard, un nouveau chef new-yorkais cuisine désormais à Lutèce. Matt Conroy prend le relais au café Wisconsin Avenue, en provenance du restaurant mexicain branché au feu de bois de Greenpoint Oxomoco. Conroy prend des photos de nouveaux plats comme du canard vieilli à sec avec des endives fumées et de la betterave et des carottes rôties avec de la burrata, de l'orange sanguine et des graines de tournesol sur son Instagram.

Alexandrie— Tom Cardarelli est sorti en tant que chef de l'incontournable Vermilion de la vieille ville, et Inti Villalobos-Coady de Brabo assume le rôle, rapporte Virginie du Nord magazine. Cardarelli, un vétéran de Jean-Georges à New York, a apporté du pain au levain et du beurre fraîchement cuits au four à Vermilion. Le nouveau chef exécutif Villalobos-Coady envisage des pommes de terre rattes frites censées avoir le goût de croustilles au sel et au vinaigre et de tarte aux fraises et à la rhubarbe.

19 novembre 2019

CENTRE VILLE-L'hôtel Marriott's Mayflower a récemment embauché la première femme chef exécutif dans l'histoire de près de 100 ans du lieu. Lindsey VandenToorn, qui fait partie de l'entreprise depuis 10 ans, est maintenant le chef exécutif en charge de l'Edgar Kitchen & Bar au niveau du hall, ainsi que des programmes de restauration et de restauration en chambre. Marc Rios, plus récemment directeur du bar et des boissons au Marriott's Camelback Inn Resort en Arizona, est le nouveau directeur créatif de la mixologie et des spiritueux et associé directeur. Madison Fredricks est la nouvelle directrice générale d'Edgar Kitchen & Bar.

EXTREMITE OUEST-Le chef Pedro Baroso rejoint le Ritz-Carlton’s Westend Bistro en tant que sous-chef exécutif. Le natif du Portugal, qui a récemment déménagé à D.C., a débuté sa carrière en 2005 au Ritz-Carlton de Sintra, au Portugal. Ses séjours dans la cuisine internationale l'ont également conduit à Istanbul Abama, en Espagne, à Dubaï et à Miami. Il remplace le chef du Westend Alvin Dela Cruz, qui est retourné en Californie cette année pour diriger la cuisine de Jean-Georges Beverly Hills au Waldorf Astoria. Baroso est actuellement occupé à préparer un repas du jour de Thanksgiving, avec une soupe de potiron à la courge musquée, de la dinde et tous les accompagnements (95 $ par adulte, 45 $ par enfant), une version à emporter pour huit coûte 340 $.

8 août 2019

Mintwood Place chef pâtissière Stephanie Milne Mintwood Place [officiel]

ADAMS MORGAN—Le moment où la chef pâtissière Stephanie Milne a déménagé à Mintwood Place a dicté que l'une des premières tâches qu'elle entreprendrait dans le fidèle bistrot du quartier serait de trouver de nouvelles saveurs de crème glacée. Après quelques années au Nopa Kitchen + Bar d'Ashok Bajaj (maintenant Olivia), Milne a aidé à ouvrir le vaste avant-poste Navy Yard de Dacha en mai. Elle a déménagé à Mintwood Place en juin parce qu'elle voulait travailler dans un petit restaurant qui lui offrait plus de flexibilité pour essayer de nouvelles choses avec les habitués. Mintwood Place a succombé à la cascade du mois national de la crème glacée, déployant 11 desserts glacés en juillet. Milne a donc développé des saveurs telles que le fernet, le bacon fumé et la vanille, et le pop-corn au caramel, ainsi qu'un sorbet Bloody Mary.

L'idée la plus ambitieuse aurait peut-être été de faire un fromage grillé à base de crème glacée, une idée qui est née après qu'un ami lui a parlé de la popularité de la crème glacée au fromage aux Philippines. Milne a incorporé des « vieux singles Kraft réguliers » dans la base, produisant une saveur qu'elle décrit comme étant liée au gâteau au fromage. Elle faisait griller du pain dans du beurre avant de le mettre au congélateur et d'assembler les sandwichs. That dessert is off the menu now, but Milne says she might bring it back. She’s rotating specials in and out of the bar menu to test her more creative projects. Next up: a s’mores sandwich made with house graham crackers, chocolate ganache, and marshmallow ice cream.

July 19, 2019

DUPONT CIRCLE—Six months after opening inside the reinvented Dupont Circle Hotel, the Pembroke restaurant already has a new executive chef. Harper McClure, most recently chef de cuisine at 14th Street NW’s perennially packed Le Diplomate, replaces chef Marlon Rambaran. GM Joel Freyberg says Rambaran, a Fontainebleau Miami Beach alum, started out in a consulting capacity and “made it clear when taking on the partnership that he would eventually be seeking other interests and opportunities.” The 127-seat restaurant — formerly Cafe Dupont — got early glowing reviews from Washington Post critic Tom Sietsema, who called out Rambaran’s gold leaf-adorned saffron risotto and a lamb tagine “that would taste at home in Morocco.” McClure’s hotel resume also includes time as an executive chef at Brothers and Sisters, the essential American-Asian restaurant at the Line, and at Brabo by Robert Wiedmaier at the Kimpton Lorien in Alexandria. McClure is expected to roll out a new menu this fall.

July 11, 2019

SOUTHWEST—Mandarin Oriental just named Claus Olsen its executive pastry chef. The Denmark native has clocked 20 years of experience working in Forbes Five-Star restaurants and cake shops around the globe. He most recently helmed dessert stations at a Shangri-La Bangkok hotel in Thailand, following stints at the Mandarin’s Malaysia, Bangkok, and Las Vegas properties. Olsen, who grew up watching his grandfather bake at his Copenhagen-based bakery, has cooked for kings, queens, presidents, and dignitaries around the world.

OLD TOWN—Peter Saletta was recently named Union Street Public House’s new executive chef. The barbecue pro’s revamped menu draws inspiration from Union Street’s historical life as a late-1700s warehouse. Think locally-sourced ingredients, fresh catches of the day, and smoked ribs. A new, “My Bar, My Rules” sandwich comes on an English muffin with pan-seared aged filet mignon, Swiss cheese, garlic butter, rosemary, roasted red pepper, and Tabasco aioli. Saletta, a Sarasota, Florida, native, honed his culinary chops as a chef at various locations of Fleming’s Steak House, where he was named as one of Food and Wine Magazine’s Best Chefs Under 30. He’s also an alum of Sullivan’s Steak House and D.C.’s Black Finn.

2 juillet 2019

BRAMBLETON, VIRGINIA—Suburbia’s critically-acclaimed AhSo just plucked its new chef de cuisine from Dupont Circle’s Firefly. Rich Falbo was executive chef at the American restaurant tucked inside the Kimpton Hotel Madera for the past 18 months. He tells Eater he was attracted to AhSo’s farm-to-table focus, its close relationships with local suppliers, and chef Jason Maddens’ passion for wine. “It will be a refreshing change from the urban scene,” he says. AhSo’s frequently-changing menu currently includes boneless pork loin sourced from Warrenton, Virginia’s Whiffletree Farm and Virginia asparagus. Falbo, a 20-year restaurant vet, worked his way up at various Hyatt Regency resort properties before leading the kitchen at Austin’s seafood-centric Perla’s. He starts his latest gig alongside Maddens, a Central alum, next week. Eater reached out to Firefly’s Kimpton team regarding a replacement.

26 avril 2019

WASHINGTON, DC—Award-winning restaurateur Ashok Bajaj of Knightsbridge Restaurant Group just made a huge move by hiring chef Frank Ruta, reviving the James Beard Foundation Award winner’s cooking career after nearly a year out of the kitchen. The former White House chef, who’s cooked under three presidents, was most recently helming glitzy French power spot Mirabelle, which closed and reopened last summer with a new chef. Now he’s got a new job, but it’s unclear which kitchen he will call home (Bajaj’s prolific restaurant empire currently includes Bibiana, Oval Room, Bombay Club, Olivia, Bindaas, Rasika, and Sababa). Ruta could be a big part of reviving the space that housed Restaurant Nora — the eponymous restaurant from organic dining pioneer Nora Pouillon that shuttered last year after a 40-year run. Bajaj bought it last fall for $4 million and plans to turn into a new spot called Annabelle.

CAPITOL HILL—Tony power spot Charlie Palmer Steak has a new wine director and head sommelier. Phil Prifold replaces Brandon Anderson, who’s reportedly headed to New York City’s Michelin-starred Per Se. This is the third go-around for Prifold and chef Mike Ellis, who worked at the Watergate and opened Knightsbridge Restaurant Group’s Bardeo Wine Bar & Cafe together. Prifold, who was most recently consulting for luxury hotel brands, plans to continue to stock Charlie Palmer’s glass-enclosed vino vault with lesser-known producers while bulking up a tannic-driven red category that pairs best with steaks.

Cabernet Sauvignon is currently the No. 1 varietal by the glass and bottle inside the recently refurbished restaurant, reports Prifold, followed by popular Pinot Noir and Malbec pours (reds will be flowing even more than usual tonight at its fourth annual all-you-can-eat Beefsteak dinner). Its large by-the-glass program recently shrank under his watch to encourage keeping more fresh bottles on-site. Going with more Sonoma vs. Napa labels has allowed prices to drop bit, he says, which helps accommodate D.C. regulars with nonprofit and government incomes. Most whites by the glass are around $13, and reds are $13 to $15. “But if you want to spend a few thousand dollars we have a bottle for you,” he says, name-dropping a 1958 vintage of Napa Valley’s Beringer.

The steakhouse earned “best wine program of the year” in 2017 by the local restaurant association, thanks in large part to then-wine director Nadine Brown’s tireless pursuit of interesting pours. Brown and Prifold share a past: She worked for him while he was wine director at Penn Quarter’s now-closed Signatures.

RESTON, VIRGINIA—Red’s Table just named Nelson Erazo its new executive chef. He was most recently was working in the city, helming Melrose Georgetown Hotel’s Jardenea. At his new post in suburbia, a recently released lineup of spring dishes includes coriander-dusted diver scallops, Chesapeake Bay crab bisque, and roasted beet and goat cheese salad.

March 20, 2019

LOGAN CIRCLE—After joining Birch & Barley and Churchkey as executive chef late last year, Jarrad Silver introduced his first revamped menu last night at the Logan Circle brewpub run by local powerhouse Neighborhood Restaurant Group. Silver, who got his start in D.C. as a server and prep cook at Mike Isabella’s Graffiato, was chef de cuisine at Kapnos Taverna, Pepita and Yona before Isabella’s restaurant group dissolved in the wake of a sexual harassment allegations against the celebrity chef.

Like Hazel, an NRG restaurant that’s undergone a Turkish makeover, Birch & Barley has incorporated Middle Eastern flavors into its modern American menu. For example, Silver is serving house-made labneh on wild mushroom toast, throwing ras al hanout crumble in a roasted beet salad, pairing muhammara with whole cauliflower, and putting braised lamb shanks on top of Moroccan couscous. Silver’s travels to Israel inform the new menu along with flavors normally found in a delicatessen. Silver is baking challah rolls as a tribute to his grandmother’s bread. A foie gras toast comes on pumpernickel with pastrami spice and mustard seeds.

11 mars 2019

GEORGETOWN—Gerard Cribbin is the new executive chef at High Street Café, the recently opened American brasserie with a Latin bent. The new post marks the reunion of Cribbin and managing partner Miguel Iguina, who opened Italian mainstay Filomena a few blocks away in the early 1980s. Cribbin later went on to cook in Puerto Rico and immerse himself in Spanish cuisine. The months-old restaurant also just introduced lunch under Cribbin’s watch, adding pigeon peas two ways with hummus and escabeche pan roasted calamari with shitake mushrooms and a crispy cod sandwich. All month, a $22 lunch deal includes an appetizer, an entrée, and a glass of house wine or dessert.

28 février 2019

WEST END—There’s a new leader in the kitchen at Rasika’s West End outpost. Award-winning restaurateur Ashok Bajaj of Knightsbridge Restaurant Group just named Rakesh Singh head chef. Singh, who hails from the northeast region of India, was most recently executive chef at the 427-room Westin Hyderabad Mindspace in Telangana, India. He joined the resort in 2011 as chef de cuisine, climbing up to the top culinary post in 2016. Singh’s resume also includes cooking at Michelin-rated London restaurants Tamarind and Amaya. For his first stateside gig, Singh’s adding smoked eggplant golgappa with cilantro, tamarind and pomegranate smoked duck with cashew nut, foie gras, and marmalade and spinach dumplings with dill leaves and tomatoes to Rasika’s menu. The fine dining destination, which turns seven this year, will remain spearheaded by group executive chef Vikram Sunderam.

18 février 2019

NORTH BETHESDA—Jonathan Collins, a sous chef at Hazel when former chef Rob Rubba was charming diners with foie gras zucchini bread and sticky, crunchy ribs, is now the executive chef of Neighborhood Restaurant Group’s outpost in North Bethesda. Collins took over the kitchen at Owen’s Ordinary at the Pike & Rose complex in August. He recently rolled out a winter menu that brings on a suckling pig garnished with pomegranate and za’atar, seared Virginia scallops with Brussels sprouts and bacon lardons, and a rotating burger of the week. Before NRG (Bluejacket, Birch & Barley) sent Collins to its Maryland tavern, he cooked at Plume, helped open Radiator, and worked in kitchens in New York. The Southern Maryland native got his start working under Kinship chef Eric Ziebold at now-closed CityZen.

February 1, 2019

BLAGDEN ALLEY—Oaxacan restaurant Espita Mezcaleria is ready to share its star chef with the Big Apple. Robert Aikens, who was hired in summer 2017 from the Rainbow Room in Rockefeller Center, just announced plans to move back to New York City to help re-open Parisian bistro Pastis in the Meatpacking District with James Beard Award-winning restaurateur Stephen Starr:


Shakewell Restaurant, Oakland

As Chef Biesty of Shakewell Restaurant can tell you, Oakland is where it’s at.

S he studied at the Culinary Institute, she’s done Top Chef, she’s worked internationally from London (where she trained with Jamie Oliver) and New York’s Aquavit to New Orleans’ Sazerac. She was executive chef at San Francisco’s legendary Sir Francis Drake Hotel. So where will you find Jen Biesty these days? At Shakewell
Restaurant (www.shakewelloakland.com) in Oakland, of course. The stunning Spanish/Mediterranean restaurant, her first venture as an independent restaurateur, opened with longtime friend Tim Nugent in mid-2014.

As Biesty can tell you, Oakland is where it’s at. Having worked for years in San Francisco, upon deciding to open her own place, Oakland beckoned with its burgeoning foodie scene. “I had been in San Francisco since 1995,” she recalls, “and we looked at spots there, but were having a hard time finding the right size, the right location. The realtor said, ‘Hey, what do you think about Oakland?’”

It was an idea that hadn’t occurred to her: “I went into it slightly blind. I’d never spent much time here.” People she knew weren’t exactly gung-ho on the idea either. “We would talk to people to invest, and they’d say, ‘Oakland? Why would you not open in San Francisco? You’ve been there 20 years now.’ Well, this was the right place for it.”
For Biesty, having the right place is key. She points out the (already in place) wood-burning oven, the street location on a much-trafficked, popular avenue, the high ceilings. “So this was risky,” she notes, “but it was the right decision. We like being part of this new thing that’s been happening in Oakland.”

It’s a very different experience from her work at the Sir Frances Drake, where she was overseeing the preparations for over 1,000 covers a day. “We had a whole engineering department,” she laughs, “and if things went wrong you just called engineering.” By contrast, she now is the engineering department. “I worked for so many people who owned restaurants, and had to watch them clean the graffiti off the walls, plunge the toilet. I had 65 cooks to schedule, now I have 12.” She pauses, grinning. “Well, every once in a while.”

Jen Biesty and Tim Nugent

Her partner, Tim Nugent (who was executive pastry chef at the Sir Francis Drake and is himself an alum of Top Chef: Just Desserts), was a natural for the restaurant, deftly handling the front of house while Biesty oversees the cuisine. It’s a mutually helpful relationship that goes back years. As Biesty reminisces, Tim pops by to make sure everything’s okay, as if by magic sensing he’s about to be talked about: “My first chef job,” Jen says, “was at Universal Café in the Mission. It has like 18 booths. When I got hired, I needed to come up with a pas- try menu. I had met Tim, who was pastry chef at Rouge in Berkeley. I called Tim, and he faxed me over these recipes, then we spoke by phone, and he talked me through it. And that was our first major interaction.” She looks at Tim with the fondness of old friends, and states, with affection, “We connected by helping each other.”

Not only does Nugent handle the front of house (“Tim is such a great personality, he loves kissing babies,” laughs Jen), he also provides recipes for desserts. Biesty describes the process: “Holly (my sous chef) and I will be talking about what’s going to be on the menu next week, then Tim will come into the conversation. We’re always collaborating and talking, we’re a team. Which is really awesome. Holly worked with us at Scala’s (the restaurant in Sir Francis Drake), so we’ve all known each other a long time.”

Nugent’s contribution to the success of Shakewell can’t be underestimated, as the atmosphere is so important: five-star service meets amiable front of house, with a portion of amazing food thrown in for good measure. “We want to have really good friendly proper service,” notes Jen, “that service you get in a fine dining restaurant but without a stuffy feeling. Both of us have that same hospitality background. We want to be a little gem in the neighborhood.” The philosophy even extends to the bar, under the guidance of James Gatts. Biesty raves, “James is an amazing bartender, he’s charming and sweet. We’re a neighborhood restaurant and he has that charming charisma.”

Try a Croquetas de bacalao and
Chicken and almond albondigas small version
recipes at home. Cliquez ici.

Still, all the friendliness wouldn’t mean much without Biesty’s amazing cuisine, and that’s the thing that’s been the key to the restaurant’s success. Her philosophy? “Use beautiful ingredients, pick a certain ingredient, find things that work really well with it, high- light, and show it in a simple, elegant, beautiful way. I tend to be more on the rus- tic side. N'en faites pas trop. Keep it simple and highlight the ingredients.”

Stop in for dinner, and you’ll see exactly what she’s talking about. Try tapas from duck confit lettuce cups or turkey-zucchini albondigas with goat cheese to anchovy/ahi, pepper-stuffed olives, and falafel with chorizo. Splurge on a bomba, a mountain of rice with delights that might be a chicken/prawn combination, or squid and its ink accompanied by a carrot/jalapeño sofrito. End with a luscious flan adorned with lemon and fennel pollen, or dig into churros and their complementary bitter- sweet and spicy chocolate sauce.

Gaze around as you taste the sweetness that stops just shy of too sweet. With its high ceilings and urban/rustic décor of wood and stone, Shakewell just feels like the place you’d want to spend an evening (or the rest of your life): in Biesty’s words, “the right place.”

Best of all, Biesty’s creativity means an ever-changing array of delights. “It’s fun coming up with different tapas,” she asserts, “mingling different cultures’ cuisines and making small plates. We change it up: we always do a bacalao cro- quette, then we started a ham croquette. We do a deviled quail egg wrapped in Serrano ham (I never saw that when I was in Spain) fried anchovies, smelt, albacore. We even do a Mediterranean eggplant caviar with poppadom.”

It seems like a lifetime ago that she appeared on Top Chef with her then-girl- friend, and while her memories of those days are fond, it’s definitely something that’s in the past. “It took a little coaxing (or some drinks) to get me out of my shell,” she jokes. “After being on the show, I had to do a ton of interviews, I got invited to every gay pride party in town. Not only my career but my social life was through the roof. It opened up doors. I was perceived well, and left with my integrity.” She pauses and looks around at Shakewell, her current life. “We don’t talk about it a lot now. We don’t put it out there that much,” she concludes.

If there’s one thing that hasn’t changed, though, it’s the difficulty female chefs can face. Biesty recalls being at the Sir Francis Drake, where “even with a full 100% chefs jacket with my name on it, they’d say, where’s the chef? and look at the first tall guy.” Even now, she admits, “There’s still work to be done on that score. When we have a new delivery person or driver come in, they sometimes make that fatal mistake.” Things are improving, though: “Out here, in the Bay Area, we have a lot of female chefs.” It’s one of the things, in fact, that drew her back to the area after her time in the East and in Europe.

What Biesty has accomplished in a year and a half is nothing short of miraculous, with diners flooding through Shakewell’s doors for its unique mix of Spanish/Mediterranean cuisine, top-notch service, and stylishly simple décor. She’s recently gotten married to her girlfriend, and like a true Oaklander held the ceremony at the town’s stunning Morcom Amphitheatre of Roses. Still, this is not a chef, or a person, to let the good life go to her head. She’s still in the restaurant practically 24/7, and it’s unlikely that devotion will change. For Biesty, the secret of success is a hands-on involvement that a lesser chef might find daunting. “I work the line three nights a week. Je l'aime. I had a ball working the wood oven last night. I did a wine dinner the other night at a winery, and I was telling the chef I do the line three nights a week. He said ‘That’s crazy!’ But if I’m working the line, I can figure out a better, more efficient way of doing something and share that with the cooks. I can say, hey, I worked station last night, and I realized if we do this, this way, we can do it better.”

Will she ever relax and just let go? Elle sourit. “If I find another me, I can let go a little more.”


Discovering LGBTQ Medellin, Colombia

Medellin has sprung onto the world tourism map in recent years with a diversifying culinary and design scene, as well as new hotels and tours expanding their offerings like never before.

When Arizona native Sam Castañeda first visited Medellin in 2013, the South American city wasn’t exactly a gay vacation paradise. “There was nothing for gay travelers or gay foreigners,” he recalled. Nevertheless, Castañeda loved the city so much that he not only extended his stay, he moved there permanently. He also founded Out in Colombia, the nation’s first LGBTQ tour operator that’s focused on making the destination more accessible to foreign visitors.

Since his first visit, Castañeda said, Medellin has gotten even better. “Today there’s more social acceptance,” he explained. “People here are amazing, gay or straight. They’re so friendly. It’s a very welcoming and safe place, and a lot of fun.”

Medellin is much more than an increasingly gay-friendly hotspot for travelers from around the globe. Savvy travelers of every orientation know that Colombia’s second-largest city is no longer the “no-go” destination that drug lord Pablo Escobar called home. Medellin has sprung onto the world tourism map in recent years with a diversifying culinary and design scene, as well as new hotels and tours expanding their offerings like never before.

Out In Colombia Tour Guide Brian Schon
Photo: www.LatinFlyer.com

“We’re in style now,” said Julio Casadiego, general manager of Colombia Travel Operator, an affiliate of Viva Expeditions, which offers a variety of LGBTQ-friendly tours in Medellin and elsewhere in Colombia. He credited the Netflix series “Narcos,” which focused on the life of Escobar, for making the public more aware of Medellin, although he added it wasn’t always positive publicity. “The Netflix series put us on the map,” he said. “But we’re much more than a city of narcos. That series is bullshit.”

Today, so-called “narco tours” are still popular, and even regular city tours take in some sites affiliated with the drug kingpin who died during a shooting in 1993. But the city is moving on. The Monaco, an apartment building that Escobar owned and lived in, which still attracts tourists, is slated for demolition. And another Escobar-owned building, the Dallas,
has been reborn as an attractive hotel called the Viaggio.

There is still plenty of interest in Medellin’s difficult past, to be sure, but visitors are balancing that curiosity with decidedly forward-thinking activities like art and design tours that provide access to the city’s museums, galleries, and burgeoning fashion scene (you may be wearing clothes made or designed in Colombia right now, without knowing it). People are also savoring the creations of local chefs and spending the evenings enjoying the thriving LGBTQ nightlife. Medellin has blossomed into a multifaceted place to vacation, and there are many ways to enjoy it.

The climate here is also a big draw for travelers. Set scenically in the foothills of Andean mountains, Medellin is known as the city of eternal spring, thanks to its year-round good weather, with temperatures that average between 60 and 80 degrees. As the capital of the Antioquia province, Medellin is also a gateway for exploring the region’s picturesque mountains, valleys, coffee plantations, and flower farms. The city and the surrounding area are prime examples of Colombia’s growing allure as a tourism destination.


Dine Roundup: News on Ruth’s Hummus, City Club, Jay Ducote at the James Beard House and more

Ruth’s Recipes, the maker of Ruth’s Hummus, doubled its retail footprint in May, putting the Baton Rouge-made hummus in more than 80 stores in the region. The expansion came about via agreements with Associated Grocers and Associated Wholesale Grocers to put Ruth’s Hummus in stores from Lake Charles to Gulf Shores, Alabama, as well as 43 Rouses Supermarkets and five Breaux Mart Supermarkets.

The team behind Ruth’s Hummus is producing and packaging more than a ton of hummus a month, according to a press release.

“It’s so exciting to see our little family startup have such great success and growth over the past three years,” company founder and co-owner Kathy Broha said in the press release.

Chef Eric Brandt Returns to the City Club

The City Club of Baton Rouge has announced the return of Eric Brandt as executive chef of the high-profile club’s kitchen. He will replace chef Eric Arceneaux, who has left for a new opportunity in Georgia.

Brandt is a Baton Rouge native and graduate of The Culinary Institute of America. He trained under his father, the legendary Charles Brandt, at Chalet Brandt from 1984 to 2002.

Jay Ducote takes his talents to the Big Apple

Baton Rouge chef and Star du réseau alimentaire alum Jay Ducote will cook an LSU-themed tailgate dinner for 80 guests at the world-renowned James Beard House in New York City on July 21.

Ducote will cook a five-course dinner, inspired by some of the dishes he has cooked at tailgates. The dinner will also include appetizers paired with cocktails and wines featuring Ducote’s Blanc Du Bois from the Landry Vineyards, the Vending Machine Winery and Donner-Peltier Distillers.

Lit Pizza comes to Baton Rouge

Lit Pizza, a new fast-casual, wood-fired pizza eatery by the founders of Izzo’s Illegal Burrito, is coming to 3930 Burbank Drive in the Southgate shopping center this summer.

The restaurant will offer a “craft your own” experience, giving guests the opportunity to customize their pizzas. Prices start at $6 for a cheese pizza, and range to $8 for unlimited topping selections. Dough will be freshly spun, made daily and fired to create light, crispy thin crust pizza. Lit Pizza will also feature locally sourced proteins and vegetables, gluten-free dough and vegan cheese options.

Louisiana shrimp season to begin May 23

The Louisiana Wildlife and Fisheries Commission has set the statewide spring inshore shrimp season for May 23 at 6 a.m.

The commission disregarded data found by the Louisiana Department of Wildlife and Fisheries that indicated the shrimp season should start earlier in the Barataria, Timbalier, Terrebonne and Vermilion-Teche basins.


Culinary School vs. On-The-Job Training

As the landscape of the culinary industry shifts, those looking to break into the industry (and those responsible for hiring new talent) are reconsidering the proper path to take, weighing the pros and cons of culinary school against jumping into hands-on experience, L'enquêteur de Philadelphie signalé.

“I just think culinary school is antiquated,” said Philadelphia chef and restaurateur Marc Vetri, who learned to cook on the job. “They’re teaching things you can learn working. They have just not evolved with the restaurant world.”

Nonetheless, he now teaches a culinary class at the city’s Drexel University.

While culinary school offers the hope of fast-forwarding past years of chopping onions or working at a restaurant for free to gain experience, it comes at an ever-growing cost, L'enquêteur signalé. Certificates now start at about $12,000 at community college or a small private school. An associate’s degree runs $25,000 one at places like the Art Institute or the Restaurant School at Walnut Hill College in Philadelphia costs nearly twice that. A bachelor’s degree at Drexel costs more than $250,000.

A 2014 survey by researchers at Cornell and Ohio State universities found that kitchen workers with degrees earned just 8 percent more than those without. And the Bureau of Labor Statistics reported that chefs and head cooks earned a median income of $42,490, and cooks earned a median salary of $20,550 in 2012, L'enquêteur signalé.

“It’s not a very lucrative field. It’s not a medical school or business or engineering school where you can do a clear return on investment,” Jonathan Deutsch, director of Drexel’s hospitality program, told L'enquêteur. “Culinary education has become a little fetishized by the whole Food Network, celebrity-chef thing. I can’t tell you how many people I talk to who have very good professional lives and say, ‘I wish I could quit everything and go to culinary school.'”

The number of people pursuing culinary certificates grew by 63 percent from 2006 to 2010, according to the Education News Career Index, and enrollment in bachelor’s programs nearly doubled.

“When I started, virtually everyone went the apprenticeship route,” said William Tillinghast, director of the International Culinary Institute at the Art Institute of Philadelphia. “There were four or five apprentices running around most restaurants and good country clubs there was a saucier, there was a pastry chef and a chef who would do the soups, sauces and stocks.”

Today, kitchens are smaller and chefs busier. “The chefs don’t have enough time to spend with the apprentices,” Tillinghast told L'enquêteur.

Schools have picked up the slack with expanded offerings. At the Culinary Arts Institute at Montgomery County Community College, the curriculum includes more hands-on classes in a new 15,000-sq. ft. facility with four kitchens. There’s a new, student-run retail bakery and café, and a second restaurant is set to debut this month, L'enquêteur signalé. Francine Marz, the director, said enrollment has increased 50 percent since 2013, to 165 students.

Christina DeSilva, 21, who was recently named executive chef at Taproom on 19th in South Philadelphia, told L'enquêteur her education at JNA was crucial, providing a connection with an alum for an externship at Stateside. After jobs there and at Morgan’s Pier, she felt ready to run her own kitchen. “It definitely gives you the foundation. You need to know the technique before you can start to be creative with it, and that’s what culinary school gives you.”

Culinary degrees aren’t always an indicator of success, though, L'enquêteur signalé.

Marcie Turney runs four restaurants in Midtown Village, and is preparing to hire for a fifth, Bud & Marilyn’s. “I’ll get someone who went to CIA, which is supposedly our best culinary school, and they can’t do three things at once. Everyone is different,” she said. (She herself attended the Restaurant School but never graduated she was too busy working as a chef to finish her final project.)

While some of Philadelphia’s young chefs are CIA alumni, there is an impressive list of young, successful, informally trained stars, L'enquêteur signalé.

Colin Mason, the 29-year-old executive chef at Sola in Bryn Mawr, got his education in the city’s top kitchens while working long hours for free. He took jobs where he could work with mentors. “For a while, I had a rule that I was only going to work at places that had three bells,” he told L'enquêteur. “It was like going to culinary school and getting paid.”

Some chefs say they prefer to hire educated people, but not necessarily culinary-school graduates, L'enquêteur signalé.

Chip Roman, whose newest restaurant is the Treemont, said: “For a serious position, I like to see some kind of higher education, whether religion, philosophy, or engineering. Culinary is a plus.”

Others told The Inquirer that, given the current pace of restaurant openings, managers aren’t worried about education: Anyone with experience has a shot, especially since there’s a lot of competition among restaurants looking for cooks.


Whiteface Lodge Appoints New GM, Executive Chef and Spa Director

Shawn Goodway has joined the Forbes Four Star Whiteface Lodge as general manager, bringing nearly three decades of upscale hotel management experience. Goodway comes to the High Peaks from the Saratoga Hilton in Saratoga Springs, New York, where he began in 2008 as director of finance and was elevated to general manager in 2010. Prior to that, he was at Saratoga’s historic Gideon Putnam Resort & Spa for 20 years, serving as controller/IT manager and then general manager.

Also new to the all-suite resort are Executive Chef Brandon Schatko and Spa Director Mark Lumpkin. Schatko joins Whiteface Lodge’s premier restaurant Kanu and more casual Kanu Lounge from Top of the Pontch in Detroit, where he was named Best Chef 2016 by the Detroit Metro Times. Schatko was one of the Motor City’s youngest executive chefs at 21, having worked as executive banquet chef at the Twin Lakes Golf Club in Rochester, Michigan and executive chef at the Andiamo Detroit Riverfront in Detroit. He describes his cooking style as “a little bit country and a little bit rock and roll.”


Voir la vidéo: 60 dîners Maggi offerts par le Club Nestlé Outremer (Octobre 2021).